Rome: Message du Pape François pour le Carême 2017

pape-fVoici le message du Pape François pour le Carême 2017, qui s’ouvre le 1er mars 2017 avec la célébration du Mercredi des Cendres. Ce texte, axé sur la parabole de Lazare et de l’homme riche dans l’Évangile de Luc, a été rendu public par le Vatican le mardi 7 février 2017 .

«Chers Frères et Sœurs,
Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort. Et ce temps nous adresse toujours un appel pressant à la conversion : le chrétien est appelé à revenir à Dieu «de tout son cœur» (Jl 2,12) pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec le Seigneur. Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais, car même lorsque nous péchons, il attend patiemment notre retour à Lui et, par cette attente, il manifeste sa volonté de pardon (cf. Homélie du 8 janvier 2016).
Le Carême est le moment favorable pour intensifier la vie de l’esprit grâce aux moyens sacrés que l’Église nous offre: le jeûne, la prière et l’aumône. A la base de tout il y a la Parole de Dieu, que nous sommes invités à écouter et à méditer avec davantage d’assiduité en cette période. Je voudrais ici m’arrêter en particulier sur la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare (cf. Lc 16,19-31). Laissons-nous inspirer par ce récit si important qui, en nous exhortant à une conversion sincère, nous offre la clé pour comprendre comment agir afin d’atteindre le vrai bonheur et la vie éternelle.
L’autre est un don
La parabole commence avec la présentation des deux personnages principaux ; cependant le pauvre y est décrit de façon plus détaillée : il se trouve dans une situation désespérée et n’a pas la force de se relever, il gît devant la porte du riche et mange les miettes qui tombent de sa table, son corps est couvert de plaies que les chiens viennent lécher (cf. vv. 20-21). C’est donc un tableau sombre, et l’homme est avili et humilié.
La scène apparaît encore plus dramatique si l’on considère que le pauvre s’appelle Lazare : un nom chargé de promesses, qui signifie littéralement «Dieu vient en aide». Ainsi ce personnage ne reste pas anonyme mais il possède des traits bien précis ; il se présente comme un individu avec son histoire personnelle. Bien qu’il soit comme invisible aux yeux du riche, il nous apparaît connu et presque familier, il devient un visage; et, comme tel, un don, une richesse inestimable, un être voulu, aimé, dont Dieu se souvient, même si sa condition concrète est celle d’un déchet humain (cf. Homélie du 8 janvier 2016).
Lazare nous apprend que l’autre est un don. La relation juste envers les personnes consiste à reconnaître avec gratitude leur valeur. Ainsi le pauvre devant la porte du riche ne représente pas un obstacle gênant mais un appel à nous convertir et à changer de vie. La première invitation que nous adresse cette parabole est celle d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre car toute personne est un don, autant notre voisin que le pauvre que nous ne connaissons pas. Le Carême est un temps propice pour ouvrir la porte à ceux qui sont dans le besoin et reconnaître en eux le visage du Christ. Chacun de nous en croise sur son propre chemin. Toute vie qui vient à notre rencontre est un don et mérite accueil, respect, amour. La Parole de Dieu nous aide à ouvrir les yeux pour accueillir la vie et l’aimer, surtout lorsqu’elle est faible. Mais pour pouvoir le faire il est nécessaire de prendre au sérieux également ce que nous révèle l’Évangile au sujet de l’homme riche.
Le péché nous rend aveugles
La parabole met cruellement en évidence les contradictions où se trouve le riche (cf. v. 19). Ce personnage, contrairement au pauvre Lazare, ne possède pas de nom, il est seulement qualifié de “riche”. Son opulence se manifeste dans son habillement qui est exagérément luxueux. La pourpre en effet était très précieuse, plus que l’argent ou l’or, c’est pourquoi elle était réservée aux divinités (cf. Jr 10,9) et aux rois (cf. Jg 8,26). La toile de lin fin contribuait à donner à l’allure un caractère quasi sacré. Bref la richesse de cet homme est excessive d’autant plus qu’elle est exhibée tous les jours, de façon habituelle: «Il faisait chaque jour brillante chère» (v.19). On aperçoit en lui, de manière dramatique, la corruption du péché qui se manifeste en trois moments successifs: l’amour de l’argent, la vanité et l’orgueil (cf. Homélie du 20 septembre 2013).
Selon l’apôtre Paul, «la racine de tous les maux c’est l’amour de l’argent» (1 Tm 6,10). Il est la cause principale de la corruption et la source de jalousies, litiges et soupçons. L’argent peut réussir à nous dominer et devenir ainsi une idole tyrannique (cf. Exhort. ap. Evangelii Gaudium, n. 55). Au lieu d’être un instrument à notre service pour réaliser le bien et exercer la solidarité envers les autres, l’argent peut nous rendre esclaves, ainsi que le monde entier, d’une logique égoïste qui ne laisse aucune place à l’amour et fait obstacle à la paix.
La parabole nous montre ensuite que la cupidité rend le riche vaniteux. Sa personnalité se réalise dans les apparences, dans le fait de montrer aux autres ce que lui peut se permettre. Mais l’apparence masque le vide intérieur. Sa vie reste prisonnière de l’extériorité, de la dimension la plus superficielle et éphémère de l’existence (cf. ibid., n. 62).
Le niveau le plus bas de cette déchéance morale est l’orgueil. L’homme riche s’habille comme un roi, il singe l’allure d’un dieu, oubliant d’être simplement un mortel. Pour l’homme corrompu par l’amour des richesses, il n’existe que le propre moi et c’est la raison pour laquelle les personnes qui l’entourent ne sont pas l’objet de son regard. Le fruit de l’attachement à l’argent est donc une sorte de cécité : le riche ne voit pas le pauvre qui est affamé, couvert de plaies et prostré dans son humiliation.
En regardant ce personnage, on comprend pourquoi l’Évangile est aussi ferme dans sa condamnation de l’amour de l’argent : «Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent» (Mt 6,24).
La Parole est un don
L’évangile du riche et du pauvre Lazare nous aide à bien nous préparer à Pâques qui s’approche. La liturgie du Mercredi des Cendres nous invite à vivre une expérience semblable à celle que fait le riche d’une façon extrêmement dramatique. Le prêtre, en imposant les cendres sur la tête, répète ces paroles : «Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière». Le riche et le pauvre, en effet, meurent tous les deux et la partie la plus longue du récit de la parabole se passe dans l’au-delà. Les deux personnages découvrent subitement que «nous n’avons rien apporté dans ce monde, et nous n’en pourrons rien emporter» (1 Tm 6,7).
Notre regard aussi se tourne vers l’au-delà, où le riche dialogue avec Abraham qu’il appelle «Père» (Lc 16, 24 ; 27) montrant qu’il fait partie du peuple de Dieu. Ce détail rend sa vie encore plus contradictoire car, jusqu’à présent, rien n’avait été dit sur sa relation à Dieu. En effet dans sa vie, il n’y avait pas de place pour Dieu, puisqu’il était lui-même son propre dieu.
Ce n’est que dans les tourments de l’au-delà que le riche reconnaît Lazare et il voudrait bien que le pauvre allège ses souffrances avec un peu d’eau. Les gestes demandés à Lazare sont semblables à ceux que le riche aurait pu accomplir et qu’il n’a jamais réalisés. Abraham néanmoins lui explique que «tu as reçu tes biens pendant ta vie et Lazare pareillement ses maux; maintenant ici il est consolé et toi tu es tourmenté» (v.25). L’au-delà rétablit une certaine équité et les maux de la vie sont compensés par le bien.
La parabole acquiert une dimension plus large et délivre ainsi un message pour tous les chrétiens. En effet le riche, qui a des frères encore en vie, demande à Abraham d’envoyer Lazare les avertir ; mais Abraham répond : «ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent» (v. 29). Et devant l’objection formulée par le riche, il ajoute : «Du moment qu’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus» (v.31).
Ainsi se manifeste le vrai problème du riche : la racine de ses maux réside dans le fait de ne pas écouter la Parole de Dieu ; ceci l’a amené à ne plus aimer Dieu et donc à mépriser le prochain. La Parole de Dieu est une force vivante, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes et d’orienter à nouveau la personne vers Dieu. Fermer son cœur au don de Dieu qui nous parle a pour conséquence la fermeture de notre cœur au don du frère.
Chers frères et sœurs, le Carême est un temps favorable pour nous renouveler dans la rencontre avec le Christ vivant dans sa Parole, dans ses Sacrements et dans le prochain. Le Seigneur qui – au cours des quarante jours passés dans le désert a vaincu les pièges du Tentateur – nous montre le chemin à suivre. Que l’Esprit Saint nous aide à accomplir un vrai chemin de conversion pour redécouvrir le don de la Parole de Dieu, être purifiés du péché qui nous aveugle et servir le Christ présent dans nos frères dans le besoin. J’encourage tous les fidèles à manifester ce renouvellement spirituel en participant également aux campagnes de Carême promues par de nombreux organismes ecclésiaux visant à faire grandir la culture de la rencontre au sein de l’unique famille humaine. Prions les uns pour les autres afin que participant à la victoire du Christ nous sachions ouvrir nos portes aux faibles et aux pauvres. Ainsi nous pourrons vivre et témoigner en plénitude de la joie pascale.

Du Vatican, le 18 octobre 2016
Fête de Saint Luc, évangéliste»

Gabon: 35ème anniversaire de la visite apostolique du Pape Jean Paul II.

jean-paul-ii

Saint Jean Paul II à Libreville 

Le Saint Pape Jean Paul II foula le sol gabonais du 17 février au 18 février 1982, il y a 35 ans. Une visite inoubliable qui a donné à cette fille prionière dans l’accueil de l’Evangile de retrouver sa vitesse de croisière: « Eglise du Gabon, lève-toi et marche ». Pour cette commémoration, la fraternité Saint Jean Paul II nous invite à prendre part à trois rendez-vous:

  • A la conférence de presse que donnera l’Abbé Casimir Ondo Mba le Vendredi 17 fevrier 2017 à 15h00 au Séminaire Saint Jean de Libreville.
  • A une soirée de prière en communion avec Soeur Faustine par la récitation du chapelet de la divine miséricorde le samedi 18 février 2017  à 15h. Il sera aussi proposé la méditation du mystère Lumineux.
  • Une messe d’action de grâce le dimanche 18 février 2017 en la paroisse cathédrale Notre Dame de l’Assomption, Sainte Marie.

Gabon: 30e Assemblée Générale de l’Union Féminine des Congrégations Autochtones d’Afrique Centrale et de Madagascar (l’UFCAAM).

mgr-mve

 Le mardi 14 février 2017  Mgr Basile Mvé Engone , archevêque de Libreville a ouvert les travaux de la 30e Assemblée Générale de l’Union Féminine des Congrégations Autochtones d’Afrique Centrale et de Madagascar sous le thème:  » La Paix, la Solidarité pour une culture de rencontre ». C’est la Sœur Thérèse Assumpta Zang Beyeme, 1ére assistante de la Congrégation des Sœurs de Sainte Marie du Gabon qui au nom de la  Mère générale ,Mère Claire Liliane Obone Mebaley,  empêchée, a souhaité la plus cordiale des bienvenues aux différente supérieures des congrégations de l’UFCAAM. L’archevêque Mgr Basile Mvé Engone, Sdb,   n’a pas caché sa joie de voir l’ Eglise dont il est le métropolitain abriter une telle rencontre. Partant du thème de cette 30 ème Assemblée, il a invité les religieuses à vivre ce temps de travail  dans un esprit de prière et a déclaré ouvert les travaux , tout en leur souhaitant  plein succès. La fin de cette 30e Assemblée Générale de l’Union Féminine des Congrégations Autochtones d’Afrique Centrale et de Madagascar (l’UFCAAM) aura lieu ce 17 février 2017 au foyer de Charité de Libreville.

sr-assuntass

Libreville: Journées de bénédictions

abbe-luc-lambertS’est ouvert à la paroisse Saint Pierre de Libreville le dimanche 12 février 2017 la 5ème édition des journées de bénédictions. Une initiative pastorale lancée par l’Abbé Luc Lambert Obiang Nkoghe. Elle rassemble les fidèles de toutes les paroisses de la cité de Libreville et s’articule autout de la louange , des enseignements, adoration et messe de la miséricorde. l’édition presente a pour thème: « Jésus de Nazareth médecin des Ames et des Corps ». Les srassemblements ont lieu à partir de 16h. La cloture de cette semaine se fera le lundi 19 février 2017.  benedictionroland

FEVRIER:LE MOIS DU SAINT-ESPRIT

 

es2

Les Membres des Fraternités du Saint-Esprit ont adopté l’usage de consacrer spécialement le mois de février à honorer la troisième personne de la Sainte Trinité.

Pour célébrer ce mois, chacun d’eux choisit les pratiques qui lui conviennent le mieux. Il leur est conseillé cependant :

– 1° De faire une lecture dans un livre traitant de la dévotion au Saint-Esprit ;

– 2° De suivre la méthode ci-après :

Partager le mois en trois neuvaines,

la première sera une neuvaine d’action de grâces,

la seconde une neuvaine de réparation,

et la troisième une neuvaine de demande.

Neuvaine d’action de grâces du 1er au 9 février.

Pour remercier le Saint-Esprit de tous les dons et de toutes les faveurs qu’il a répandus durant l’année écoulée sur l’Eglise en général et sur la Fraternité en particulier. Prières conseillées : l’hymne « Viens, Esprit-Saint », le chapelet du Saint-Esprit.

Neuvaine de réparation, du 10 au 18 février.

Pour réparer tous les oublis, toutes les ingratitudes, et toutes les résistances qui ont offensé l’Esprit-Saint, pendant cette année.

Prières conseillées :

– l’hymne « Viens, Esprit Créateur »,

– l’Acte de Consécration au Saint-Esprit ;

Neuvaine de demande, du 19 au 27 février.

Pour solliciter une effusion toujours plus abondante des dons de l’Esprit-Saint sur toute l’humanité, spécialement sur ceux qui ont charge pastorale ; on priera tout particulièrement pour les Missions, pour l’unité de tous les chrétiens et pour la paix entre les peuples.

Prières conseillées :

—    Prières pour demander les Dons du Saint-Esprit,

—    Les Litanies du Saint-Esprit.

Le 28 (et 29 si année bissextile), dernier jour du mois, sera spécialement sanctifié par des appels à l’Esprit-Saint et par quelques bonnes actions faites en son honneur : mortifications, partage, visites de malades, prière prolongée, etc.

L’ESSENTIEL

Durant le mois de février consacré au Saint-Esprit, c’est chaque membre des Fraternités qui doit penser, dans la journée, à suivre les inspirations de l’Esprit-Saint. Le mois du Saint-Esprit n’est pas d’abord le mois de la multiplication des rencontres pour « réciter des prières », mais le mois durant lequel chacun s’efforce de vivre plus chrétiennement, selon sa vocation.

Neuvaine au Saint-Esprit

de Saint Alphonse de Liguori

PREMIER JOUR

Prière pour demander le don de Crainte de Dieu — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je t’offre mon cœur et te rends de vives actions de grâces pour tous les bienfaits que tu as répandus et que tu répands sans cesse dans le monde. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta grâce et de m’accorder le don de Crainte, afin qu’elle me serve de frein pour ne jamais retomber dans mes fautes passées, dont je demande pardon.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

DEUXIÈME JOUR

Le don de Piété — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don de Piété, afin que je puisse, à l’avenir, te servir avec plus de ferveur, suivre avec plus de promptitude tes inspirations, et observer plus exactement tes divins préceptes.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

TROISIÈME JOUR

Le don de Science — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je te bénis, en m’unissant aux bénédictions que tu reçois des Anges et des Séraphins. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don de Science, afin que je puisse bien connaître les choses de Dieu, et qu’éclairé par ton enseignement, je marche, sans jamais dévier, dans la voie du salut éternel.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

QUATRIÈME JOUR

Le don de Force — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don de Force, afin que je puisse surmonter courageusement toutes les attaques du démon et tous les dangers du monde, qui s’opposent au salut de mon âme.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

CINQUIÈME JOUR

Le don de Conseil — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je te bénis en m’unissant aux bénédictions que tu reçois des Anges et des Séraphins. Je te rends de vives actions de grâces pour tous les bienfaits que tu as répandus et que tu répands sans cesse dans le monde. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don de Conseil, afin que je puisse bien choisir tout ce qui est le plus convenable à mon avancement spirituel et découvrir tous les pièges et toutes les ruses de l’esprit tentateur.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

SIXIÈME JOUR

Le don d’intelligence — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je te bénis, en m’unissant aux bénédictions que tu reçois des Anges et des Séraphins. Je t’offre tout mon cœur. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don d’Intelligence, afin que je puisse bien entendre les divins mystères, et, par la contemplation des choses célestes, détacher mes pensées et mes affections de toutes les vanités du monde.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

SEPTIÈME JOUR

Le don de Sagesse — Esprit-Saint, divin Consolateur ! je t’adore comme mon vrai Dieu, ainsi que Dieu le Père et Dieu le Fils. Je te rends de vives actions de grâces pour tous les bienfaits que tu as répandus et que tu répands sans cesse dans le monde. Toi qui es l’Auteur de tous les dons surnaturels, et qui as comblé d’immenses faveurs la Bienheureuse Mère de Dieu, Marie, je te prie de me visiter par ta Grâce et ton Amour, et de m’accorder le don de Sagesse, afin que je puisse bien diriger toutes mes actions, en les rapportant à Dieu comme à ma fin dernière, de sorte qu’en l’aimant et en le servant comme je le dois en cette vie, j’aie le bonheur de le posséder éternellement en l’autre.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

HUITIÈME JOUR

Humble supplication — Esprit-Saint, divin Paraclet, Père des pauvres, Consolateur des affligés, Lumière des cœurs, Sanctificateur des âmes, me voici prosterné en ta présence ; je t’adore avec la plus profonde soumission et je répète mille fois, avec les Séraphins qui se tiennent devant ton trône : « Saint ! Saint ! Saint ! ». Je crois fermement que tu es éternel, procédant du Père et du Fils. J’espère que, par ta bonté, tu sanctifieras et sauveras mon âme. Je t’aime, ô Dieu d’Amour ! Je t’aime plus que tout ; je t’aime de toutes mes affections, parce que tu es une Bonté infinie qui mérite seule tout Amour ; et puisque, insensible à tes inspirations, j’ai eu l’ingratitude de t’offenser par tant de péchés je t’en demande pardon et je regrette souverainement de t’avoir attristé, ô Amour infini.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

NEUVIÈME JOUR

Offrande  invocations — Je t’offre mon cœur et je te supplie d’y faire entrer un rayon de ta Lumière et une étincelle de ton Feu, pour fondre la glace de mon manque d’Amour. Toi qui as rempli d’immenses grâces l’âme de Marie, et enflammé d’ardeur apostolique les cœurs des Apôtres, daignes aussi embraser mon cœur. Que Marie, qui a obtenu le vin des Noces de Cana, nous obtienne le vin de l’Amour infini qui enivra les Apôtres le jour de la Pentecôte. Que le Saint-Esprit, par Marie, suscite de nouveaux apôtres enflammés de l’Amour de Jésus-Christ. Tu es un Esprit divin, fortifie-moi contre les mauvais esprits ; tu es un Feu, allume en moi le Feu de ton Amour ; tu es une Lumière, fais-moi connaître les choses éternelles ; tu es une Colombe, donne-moi des mœurs pures ; tu es un Souffle plein de douceur, dissipe les orages que soulèvent en moi mes passions ; tu es une Langue, enseigne-moi la manière de te louer sans cesse ; tu es une Nuée, couvre-moi de l’ombre de ta protection. Auteur de tous les dons célestes, je t’en prie, vivifie-moi par ta Grâce, sanctifie-moi par ta Charité, gouverne-moi par ta Sagesse, adopte-moi pour ton enfant et sauve-moi par ton infinie Miséricorde, afin que je ne cesse jamais de te bénir, de te louer et de t’aimer, sur la terre et durant toute l’éternité.  Amen !

1 Pater, 1 Ave, 3 Gloria

Port-Gentil: Notre-Dame de Lourdes célébrée sous un regard de consultations et soins des Malades

mgr-ecLa Journée du 11 février qui donne de célébrer la Journée mondiale de Prière pour les malades a donné l’occasion cette année 2017 à la communauté diocésaine de Port -Gentil de vivre un moment fort de témoignage et de compassion envers les malades. Cette activée a été menée sous le Patronage de l’évêque du diocèse de Port-Gentil  Mgr Eusebius CHINEKEZI  avec la participation des fidèles chrétiens professionnels de la santé. Le Pape François qui déjà le 8 décembre 2016 dans ce message pour cette 25éme Journée manifestait son soutien  au personnel soignant:  « Je désire vous encourager tous, malades, personnes qui souffrent, médecins, infirmières, proches, volontaires, à contempler en Marie, Salut des malades, la garante de la tendresse de Dieu pour chaque être humain et le modèle de l’abandon à sa volonté ; et à trouver toujours dans la foi, nourrie par la Parole et par les Sacrements, la force d’aimer Dieu et les frères aussi dans l’expérience de la maladie. Comme sainte Bernadette, nous sommes sous le regard de  Marie.« santé.jpg

Mouila: L’Eglise paroissiale de Dibouangui en fête.

dibouangui

Mgr MADEGA

La paroisse Notre Dame de Lourdes de Dibouangui dont l’Abbé Gabriel NGANGA DIAMPANDOU est curé a vécu la journée du samedi 11 février 2017 au rythme d’une action de grâce avec la célébration de sa fête patronale. Son Excellence Mgr Mathieu MADEGA LEBOUAKEHAN , évêque du diocèse de Mouila accompagné de son vicaire général Mgr Guy Roger Boudengui Nzamba ont fait le déplacement.

En effet, en la date du 11 février de chaque année, l’Église célèbre la Vierge Marie  sous le vocable de Notre Dame de Lourdes, apparue à la jeune Bernadette SOUBIROU  en lui révélant  son nom : « Je suis l’Immaculée Conception « .  


Au cours de la célébration pontificale  à Dibouangui, l’évêque du lieu Mgr Madega Lebouakehan n’a pas manqué d’inviter le peuple de Dieu en liesse à imiter les vertus de la sainte patronne de leur Paroisse: » Être sans cesse à l’écoute de la parole de Dieu, réaliser la volonté de Dieu et être des hommes et de femmes de prière , dans une relation particulière à l’Église et à ses pasteurs ».

Au terme de la messe, le curé en son nom propre et au nom de la communauté paroissiale dont il a la charge n’a pas manqué de dire sa joie et de remercier l’Évêque et son Vicaire général pour leur présence, et surtout pour leur sollicitude pastorale.