Entrée en carême, sens de l’imposition des cendres

cendres

 Au cours de la messe des cendres, après l’écoute de la Parole, le prêtre invite les fidèles à la prière et bénit les cendres en ces termes: « Demandons au seigneur de bénir ces cendres dont nos fronts vont être marqués en signe de pénitence ». Puis chacun reçoit sur la tête un peu de cendres tandis que le célèbrant lui dit : «Convertissez-vous et croyez à l’évangile» (Marc 1, 15) ou «souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière» (Genèse 3, 19).

Même si les cendres sont imposées sur le front ou la tête qui est le siège de l’intelligence et de la pensée, c’est aussi le cœur qui est visé. Les paroles que le célébrant prononce, invitent le croyant à se rappeler sa fragilité, à s’interroger sur sa destinée, à se convertir, c’est-à-dire à remettre sa vie en conformité avec l’Evangile. C’est tout l’enjeu du Carême. C’est ce que nous rappelle la première lecture du mercredi des Cendres(Joël 2, 13): «Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment.». Pour sa part saint Paul, invite le croyant, «au nom du Christ, […], à se laisser réconcilier avec Dieu, à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu».

Dans l’Ancien Testament, les Hébreux qui voulaient obtenir le pardon de Dieu s’asseyaient dans des cendres ou s’en couvraient la tête. Lorsque Jonas prédit aux habitants de Ninive que Dieu détruira leur ville s’ils ne deviennent pas meilleurs, le roi lui-même agit ainsi :
« Il se lève de son trône, quitte son manteau, se couvre d’un sac et s’assied sur la cendre ». (Jonas, 4-6)  Et toute la ville fait de même.  Et Job! Il lui arrive tous les malheurs : il perd toutes ses richesses, ses enfants meurent, il tombe malade. Il croit que Dieu le punit parcequ’il n’est pas assez bon et « il s’installe parmi les cendres ». (Job, 2,8)
C’est de là que vient la fête des Cendres (toujours célébrée un Mercredi) qui ouvre une période de pénitence de quarante jours : le carême.
Ces quarante jours rappellent deux événements : les quarante ans de la marche des Hébreux vers la Terre promise, après le départ d’Egypte, et les quarante jours de jeûne de Jésus au désert. Pour les Hébreux comme pour Jésus, il fallait surmonter le découragement et garder confiance en Dieu. C’est exactement ce que l’Eglise demande aux chrétiens en ce jour des Cendres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s