Rome: « Beaucoup de personnes se souviennent du président Bongo de plusieurs manières et selon des critères différents : un chef d’État, un homme de pouvoir, un ennemi politique, une page à tourner… En ce jour et dans cette église, il est d’abord un enfant de Dieu, un proche, un père, un grand-père…que nous confions à la bonté du Seigneur » a affirmé le Père NDJONY …

messe ABB3En l’Église santa Maria della Scala à Rome une messe concélébrée  a été présidée par l’Abbé Ephrem NDJONY, prêtre du diocèse de Franceville en mission d’étude à Rome, le lundi 8 juin 2015. De nombreux compatriotes ont pris part au nombre des quelles les Ambassadeurs Firmin Mboutsou et Charles Essonghé, quelques membres de la famille Bongo Ondimba dont Mme Pascaline Ferry Bongo Ondimba et sans oublier la présence du  ministre gabonais de l’Agriculture de l’élevage de la pêche et de la sécurité alimentaire Luc Oyoubi. Nous publions ici l’homélie prononcée par le Président de cette messe. 

En ce jour anniversaire du décès du feu président Omar Bongo, prières et actions de grâces montent vers Dieu pour sa vie et pour notre pays le Gabon dont il demeure un acteur important. Nous rendons grâces à Dieu pour tout ce qu’il y a eu de bon dans sa vie et pour le bien qu’il a pu faire en dirigeant le Gabon. Il ne s’agit pas de faire son panégyrique ou de le béatifier à travers cette célébration eucharistique car nous sommes de êtres de chair. Personne ne fait l’économie des limites liées à notre nature mais plus encore de celles liées à la gestion du pouvoir. Quelque utiles et beaux que soient nos souvenirs, ils ne sont pas plus salutaires aux défunts que nos suffrages pour eux. C’est une raison de plus pour faire monter vers Dieu nos ferventes prières pour le repos de l’âme du président Omar Bongo et pour la paix de ceux qu’il a laissés sur terre. C’est l’occasion de remercier le Seigneur avec tous ceux pour qui il a été un don, avec tous ceux à qui il a fait du bien, confiant à la miséricorde du Seigneur tout ce qui a été contraire à sa Parole.

Le sens de cette prière nous est donné par la première lecture tirée du livre des Martyrs d’Israël. Il nous est dit que « prier pour les défunts est un geste tout à fait noble et beau, inspiré par la pensée de la résurrection ». Une prière pour les morts n’est jamais superflue, elle n’est ni vaine ni absurde. Bien au contraire, elle est le prolongement de notre affection envers les défunts, elle est la preuve de l’authenticité de nos relations précédentes avec ceux qui ne sont plus sur la terre mais qui gardent une place de choix non seulement dans nos mémoires mais encore et surtout dans nos cœurs. L’espérance qui nous habite nous incite à lever nos mains vers Dieu. Saint Paul nous invite à vivre dans la prière et les supplications, à prier en toute circonstance, dans l’Esprit (Eph 6,18). L’une de ces circonstances est certainement un anniversaire de décès où, grâce à la prière, la douleur de la séparation fait place à l’espérance et à la volonté de continuer les bonnes œuvres initiées par celui qui nous a quittés. Au bout de six ans il est plus facile de rendre grâces au Seigneur pour un être cher. Le psaume 138 nous y invite en nous rappelant combien sont étonnantes les œuvres de Dieu, lui qui pénètre nos pensées. Il est notre Créateur car c’est Lui qui nous façonne dans le secret, il nous tisse dans le sein de nos mères et c’est vers Lui que tend le désir de toute chair. Dieu est la somme de tous nos désirs et notre âme languit après sa Maison. C’est pourquoi notre charité opérante invoque le repos éternel pour ceux qui nous ont quittés.

Beaucoup de personnes se souviennent du président Bongo de plusieurs manières et selon des critères différents : un chef d’État, un homme de pouvoir, un ennemi politique, une page à tourner… En ce jour et dans cette église, il est d’abord un enfant de Dieu, un proche, un père, un grand-père…que nous confions à la bonté du Seigneur.

Le président Omar Bongo a été un acteur important pour le Gabon mais son action ne s’y est pas limitée. Un hommage appuyé lui a été rendu au lendemain de sa mort par le professeur Elikia M’bokolo qui lui consacré un ouvrage sur la diplomatie de la médiation : « Omar Bongo le « médiateur » avait recours à une politique de compromis apprise de son mentor, le président ivoirien Houphouët-Boigny : associer l’opposition au pouvoir. Et il préconisait cette méthode aux belligérants des conflits africains, tout en la mettant en pratique dans son propre pays. À l’intérieur de ses frontières, il a fait de la géopolitique, analyse Elikia M’Bokolo. Toutes les provinces ont disposé d’au moins un représentant au sein du gouvernement et parmi les conseils d’administration des grandes entreprises. Le Gabon a évité par ce biais les conflits séparatistes et a limité les tensions ethniques » (source: journal Lacroix du 10 juin 2009).

Là où l’on tend à se séparer et à se diviser, il est plus qu’important de faire la part belle aux initiatives de réconciliation, de partage et de paix. C’est une raison objective pour rendre grâces au Seigneur au nom de notre pays le Gabon.

L’évangile de ce jour éclaire plus la vie des vivants que celle des défunts. L’Évangile de Matthieu 25 nous livre les critères divins du jugement final. Saint Jean de la Croix synthétise cette page de l’Évangile en énonçant qu’ « au soir de la vie nous serons jugé sur l’amour » (St Jean de la Croix – Maxime 80). Voilà une pensée qui peut éclairer nos choix pour les arrimer aux exigences divines. Les gestes les plus simples comme « donner à boire à qui a soif » ; « nourrir un affamé » ; visiter un malade ou un prisonnier pèsent beaucoup dans la balance du Bon Dieu lorsqu’ils sont faits avec amour, avec générosité. La charité ne passera pas (1 Co 13,8). C’est elle qui nous permet de voir Jésus. La questions itérative de l’Évangile se résume par le verbe « voir » : « Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu…? (Mt 25,37.44). Dieu est plus présent que nous ne l’imaginons et des gestes simples en faveur des plus faibles, en faveur des gens éprouvés ou difficultés nous aident à thésauriser pour la vie éternelle et expérimenter dès ici-bas la joie d’être des instruments providentiels pour les autres. Chaque fois que nous manifestons le désir de voir Jésus (cf. « Nous voulons voir Jésus » Jn 12,21), il nous renvoie vers nos frères et sœurs.

A la fin de notre parcours sur la terre, nous aimerions tous entendre les bonnes paroles prononcées dans l’Évangile de cette liturgie : « Venez les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous ». Le chemin pour y parvenir c’est notre charité car selon saint Paul la foi agit par la charité (« sed fides quae per caritatem operatur » Gal 5,6)

La messe en mémoire du président Omar Bongo se justifie aussi parce que l’Église au Gabon a pu le compter au nombre de ses insignes bienfaiteurs. Nous offrons au Seigneur sa sollicitude pour notre Église, son service pour ses compatriotes, nous rendons grâces avec tous ceux pour qui il a été un précieux instrument de Dieu, sa famille, ses amis, ceux à qui il a fait bien et nous demandons à Dieu de lui faire miséricorde pour tous ses manquements. Une question devrait souvent hanter nos esprits chaque fois que nous prenons l’initiative charitable de prier pour nos chers défunts comme nous prions aujourd’hui pour le feu président Omar Bongo Ondimba : quand nous ne seront plus de ce monde, y aura-il quelqu’un pour demander des messes, offrir des prières pour le repos de notre âme ?

Pour nous qui sommes réunis ici en prière, ayant en commun l’amour du Gabon, il importe de prier afin de persévérer dans le dialogue constructif, le maintien de la paix, la lutte contre les injustices. Prions pour les autorités civiles qui représentent hautement notre pays ici au Vatican et en Italien. J’en profite pour saluer et remercier Leurs Excellences Messieurs les Ambassadeurs Charles Essongue et Firmin Mboutsou qui ont encouragé cette initiative. Prions pour le chef de l’État et pour les membres du Gouvernement afin que le Seigneur les guide et les assiste dans l’exercice de leurs fonctions pour le bien de nos compatriotes, pour la paix et le développement du Gabon ad ad majorem Dei gloriam. Amen

IMG_0642

messe ABB1 messe abb4messe ABB2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s