Dimanche la Très Sainte Trinité, Un Dieu en Trois personnes

Nous célébrons ce dimanche la Très Sainte Trinité, Dieu en Trois personnes. Pour arriver à une meilleure compréhension de ce mystère de notre foi, une distinction s’impose au niveau philosophique entre nature et personne.

L’Eglise n’affirme pas qu’il y ait plusieurs dieux – ce qui serait contraire à la révélation biblique. Ce que nous croyons, c’est que notre Dieu est une seule nature en trois personnes. La nature, en effet, n’exclue pas une pluralité de personnes. La preuve la plus simple en est notre humanité. Sur la terre, des milliards de personnes partagent la nature humaine. D’autres centaines de milliards l’ont partagée avant nous au long des siècles, et d’autres la partageront après nous. Il s’agit de l’unique nature humaine, mais manifeste en plusieurs personnes. La première erreur que nous faisons par rapport à la Trinité est donc purement philosophique : nous nous refusons de penser plusieurs personnes en Dieu sans que cela remette en cause son unicité.

En parlant de l’humanité, on se rend bien compte de nombreuses diversités qu’elle peut embrasser : depuis les langues, en passant par les us et coutumes, les goûts et les couleurs, et pour finalement arriver à la réalité de l’identité personnelle. Chacun a son visage et est reconnu comme personne unique. Même les vrais jumeaux sont reconnus personnes différentes. Le danger, évidemment est de croire, que c’est nous qui projetons en Dieu les caractéristiques qui sont les nôtres (cette image déformée de Dieu, basé sur la vision de l’homme, s’appelle l’anthropomorphisme). La Bible enseigne tout le contraire : c’est nous qui sommes à l’image de Dieu ; c’est nous qui sommes fait comme Dieu. Dieu n’est pas l’image de nos fabrications idolâtres !

Pour couper court, disons simplement que notre humanité est famille parce que à l’image de Dieu. C’est parce que notre Dieu est en trois personnes, qu’il n’est pas un solitaire égoïste, heureux et satisfait de sa propre existence, qu’il connaît l’autre dans son identité personnelle – le Père n’est pas le Fils, le Fils n’est pas le Saint-Esprit, et vice-versa – que nous pouvons nous aussi nous tourner vers l’autre, l’aimer, construire des amitiés, fonder une famille et vivre en société, en communauté humaine…

Qui ne croit pas en la Trinité court le risque de réduire à néant l’être-ensemble qui fait partie de la nature-même de Dieu, de son peuple, de son Eglise, de toute humanité.

S. M.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s