Un regard sur le message du Pape pour la 23ème Journée Mondiale des Malades

les boiteux et aveugles viennent

La Journée Mondiale des Malades a été instituée par le pape Jean-Paul II, en la
date du 11 février, fete de Notre Dame de Lourdes.

Pour cette année 2015, le message du Pape François  a pour thème: la sagesse du coeur:«Les yeux de l’aveugle» et «les pieds du boiteux».  c’est avec cette image tirée du livre de Job (29, 15) que le Pape François a encadré la mission de ceux qui vivent aux côtés des malades en témoignant «la dimension de la gratuité, de l’acte de prendre soin, de se charger de l’autre».  (Jb 29,15).

Le Pape évoque «la sagesse du cœur» comme «un comportement inspiré par l’Esprit Saint dans l’esprit et le cœur de celui qui sait s’ouvrir à la souffrance des frères et reconnaît en eux l’image de Dieu». L’Eveque de Rome souligne en particulier que le service aux personnes qui souffrent est un «grand chemin de sanctification», car «le temps passé à côté du malade est un temps sacré» et a «une valeur spéciale», en particulier à une époque où l’on vit «harcelé par la hâte, par la frénésie de l’action, de la production».

Pour François, donc, «la charité a besoin de temps». Et «la véritable charité – rappelle-t-il – est un partage qui ne juge pas, qui ne prétend pas convertir l’autre ; elle est libérée de cette fausse humilité qui, au fond, recherche l’approbation et se complaît dans le bien accompli ».

En réaffirmant que les malades «grâce à notre proximité et à notre affection, se sentent davantage aimés et réconfortés », le Pape met en garde contre le «grand mensonge» caché «derrière certaines expressions qui insistent tellement sur la ‘qualité de la vie’, pour inciter à croire que les vies gravement atteintes par la maladie ne seraient pas dignes d’être vécues !».

En réalité, assure-t-il, «les personnes plongées dans le mystère de la souffrance et de la douleur, accueilli dans la foi, peuvent également devenir des témoins vivants d’une foi qui permet d’habiter la souffrance elle-même, bien que l’homme, par son intelligence, ne soit pas capable de la comprendre en profondeur ».

Extrait de L’Osservatore Romano du 2014-12-30

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s